Actualités

Incendie au sein de l’entreprise Lubrizol à Rouen

 
 
Incendie au sein de l’entreprise Lubrizol à Rouen

Rouen - Le point sur la situation : site d'information du Gouvernement

En savoir plus : site des services de l'État en Seine-Maritime


Communiqué n°7 - 3 octobre 2019

A la suite de l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019 à l’usine Lubrizol située dans l’agglomération rouennaise, un panache de fumées a traversé le département du Pas-de-Calais suivant un axe Nord Nord-Est.

Dimanche, des signalements concernant 3 communes du département (Avesnes-le- Comte, Beaudricourt et Saint-Pol-sur-Ternoise) avaient été effectués auprès des services de l’État. Après des levées de doute, aucune de ces communes n’a fait l’objet d’un arrêté de restriction sanitaire.

Par ailleurs, l’agence régionale de santé (ARSAgence Régionale de Santé) Hauts-de-France a réalisé des prélèvements sur les captages d’eaux de surface situés dans la trajectoire du nuage :

  • Toutes   les   prises   d’eau   superficielle   du   département   ont   été controlées,  à  savoir :  Carly  (62),  Aire/Lys  (62)  et  Dompierre-sur-Helpe (59/62).

 

  • Les captages publics et privés présents à Saint-Pol-sur-Ternoise, Beaudricourt, Avesnes-le Comte, Frevent, Bouvigny Boyeffles, Harnes, Vieil Moutiers et Lestrem ont également fait l’objet de contrôles renforcés.

À ce jour, aucune pollution n’a été constatée sur ces captages d’eau et la consommation   d’eau   du   robinet  est  sans   danger. Tous   les  résultats d’analyses sont inférieurs aux exigences de qualité en vigueur ou inférieurs à la limite de quantification.

Les services de l’État ont également fait procéder à des prélèvements de traces de suies dans cinq communes. Ces prélèvements, réalisés par le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) du Pas-de-Calais, seront remis aujourd’hui pour analyse à l’INERIS (Institut national de l’environnement industriel et des risques).

Le préfet du Pas-de-Calais rappelle qu’une cellule d’information du public est ouverte depuis le 30 septembre 2019. Depuis lundi dernier, 42 appels ont été reçus dont 32 pour des suscipcions de traces ou dépôts de suie (essentiellement sur des véhicules ou du mobilier de jardin). Parmi ces appels, aucun n’a concerné le monde agricole. Des levées de doute ont été effectuées systématiquement par le SDIS, l’ARS ou la DDPP et des prélèvements ont été réalisés en attente de résultats.

Si vous constatez la présence de retombées sous forme de suie, merci de vouloir le signaler au numéro suivant : 03 21 21 24 97. Aucun recoupement n'a été à cette heure établi.


Communiqué n°6

À la suite de l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019 à l’usine Lubrizol située dans l’agglomération rouennaise, un panache de fumées a traversé la zone Nord, suivant un axe nord/nord-est.

Jeudi 26 septembre, les projections de Météo France indiquent un vent de sud-ouest en basses couches et d'ouest en altitude, qui a transporté les particules de suie émises par l'incendie de l'usine de Lubrizol au-dessus d’une partie de la zone Nord. Les pluies fréquentes durant la journée du 26 septembre, souvent sous forme d'averses, se sont chargées de ces particules dans leurs chutes. Elles sont la cause essentielle du dépôt localisé et discontinu de suie pouvant être observé sur certaines communes de la zone Nord.

Mise en place de lignes téléphoniques dédiées

Sur signalement des particuliers, les services de l’État continuent de procéder à un recensement des territoires susceptibles d’être touchés par des suies.

Si vous constatez la présence de retombées sous forme de suie, merci de vouloir le signaler aux numéros verts suivants mis :

- dans l’Aisne : 03 23 21 82 82 (08h00-17h30)

- dans le Nord : 03 20 30 58 00 (09h00 à 17h00)

- dans l’Oise : 03 44 06 12 34 (08h00-17h30)

- dans le Pas-de-Calais : 03 21 21 24 97

- dans la Somme : 0 805 010 580 (09h00-13h00 et de 14h00 à 18h00)

Vous pouvez également contacter les services de gendarmerie ou de police ou le service départemental d’incendie et de secours.

Une série de prélèvements est en cours

Des arrêtés ont d’ores et déjà été pris par les préfets des départements concernés, prescrivant une série de mesures visant à limiter certaines activités agricoles et à restreindre la mise sur le marché de produits alimentaires d’origine animale et végétale. L’ensemble des arrêtés sont consultables sur le site Internet de la préfecture de région Hauts-de-France (www.hauts-de-france.gouv.fr ) ainsi que sur les sites de chacune des préfectures de département.

Des prélèvements, pour analyse, des productions animales et végétales continuent à être réalisés ; leurs résultats seront connus dans plusieurs jours. La décision de la levée des mesures sur les produits agricoles ne pourra intervenir qu'en fonction de l'issue de ces analyses.

Parallèlement, sur la base des signalements, les services de l’État ont décidé de procéder aujourd’hui à des prélèvements dans le sol et l’eau dans cinq communes ciblées dans chaque département de la zone Nord. Les prélèvements sont effectués par les services départementaux d’incendie et de secours. À noter qu'une première campagne de prélèvements avait été réalisée dans les 24h suivant le sinistre, sur la base d'une modélisation de trajectoire qui est aujourd’hui affinée par la campagne de signalements

Les nombreux contrôles réalisés dans l’air et l’eau confirment l’absence de toxicité aiguë

Des contrôles ont été effectués par les services compétents de l’Agence régionale de santé (ARS) et d’Atmo Hauts-de-France.

L’urgence, pendant l’incendie, était de vérifier l’absence de toxicité aiguë pour les populations. Les mesures de qualité de l’air réalisées par Atmo Hauts-de-France depuis l’incendie ont fait apparaître une qualité de l’air ne dépassant pas les seuils réglementaires. La passage de nuage de fumée a effectivement été observé jeudi 26 septembre sur les mesures des particules PM10 et PM2.5, ainsi que sur celles de carbone-suie, mais les concentrations mesurées ont continué à rester bien en deçà des seuils réglementaires.

Depuis ce mardi matin, les niveaux de particules observés se situent entre 5 à 20 µg/m3 en moyenne horaire (pour rappel le seuil réglementaire est fixé à 50 µg/m3 en moyenne journalière) et ceux de dioxyde d’azote, entre 15 à 50 µg/m3 en moyenne horaire (le seuil réglementaire est fixé à 200 µg/m3).

L’ensemble des résultats des mesures en continu sont consultables en libre accès sur le site www.atmo-hdf.fr

Atmo Hauts-de-France continue à participer aux investigations. Dans le cadre des recherches plus approfondies, elle a complété son dispositif de surveillance en continu par :

- des analyses de prélèvements sur filtre élargies à un large panel de polluants ;

- un étroit suivi des déclarations effectuées sur la plateforme de signalements des odeurs (ODO – https://www.atmo-odo.fr ). Atmo Hauts-de-France observe une diminution des signalements liés aux odeurs ressenties.

Atmo Normandie a déployé un dispositif complémentaire depuis jeudi 26 septembre après-midi en positionnant des moyens de mesures sous la trajectoire des vents. Ces résultats ne peuvent être connus en temps réel, car ils nécessitent une analyse en laboratoire de chimie, pouvant prendre plusieurs jours. Atmo Hauts-de-France reste donc également coordonnée avec Atmo Normandie pour connaître les résultats de ces analyses approfondies notamment en hydrocarbures aromatiques polycycliques et en métaux, réalisées en supplément lors de l’incendie.

En outre, depuis vendredi 27 septembre, l’ARSAgence Régionale de Santé Hauts-de-France a réalisé des contrôles sur les captages d’eau de surface situés dans la trajectoire du nuage. À ce jour, aucun risque n’avait été constaté et la consommation de l’eau du robinet reste sans danger.

Par précaution, l’ARS renforce la surveillance de la qualité de l’eau pour les captages souterrains situés dans les secteurs concernés par les retombées de suie.
Retrouvez l’ensemble des mesures de précaution sur le site de la préfecture : http://www.hauts-de-france.gouv.fr


Communiqué n°5

A la suite de l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019 à l’usine Lubrizol située dans l’agglomération rouennaise, un panache de fumées a traversé le département du Pas-de-Calais suivant un axe Nord Nord-Est.

Sur signalement des particuliers, les services de l’État font procéder à un recensement des territoires susceptibles d’être touchés par des suies.

Si vous constatez la présence de retombées sous forme de suie, merci de vouloir le signaler au numéro vert suivant : 03 21 21 24 97. Vous pouvez également contacter les services de gendarmerie ou de police ainsi que le service départemental d’incendie et de secours.


Communiqué n°4

A la suite de l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019 à l’usineLubrizol située dans l’agglomération rouennaise, une partie de la région Hauts-de-France a été survolée par le nuage des fumées de l’incendie.

Les services de l’État font procéder actuellement à un recensement des territoires susceptibles d’être touchés par des suies, établi sur la base de signalements de particuliers, avec un recoupement de l'information par les services de l'Etat. Une première cartographie fait apparaître que certaines communes, dont la liste vous sera communiquée ultérieurement, auraient été impactées par les retombées du panache de fumée. Il s’agit d’un bilan provisoire établi ce dimanche à 13H00. Il sera affiné dès demain.

1- Mesures conservatoires concernant les productions agricoles

Les retombées de suie occasionnées par ce nuage sur les zones de production agricoles sont susceptibles de présenter un risque de santé publique qui nous impose la prise de mesures conservatoires immédiates guidées par le principe de précaution. Des arrêtés vont être pris par les préfets des départements concernés, prescrivant une série de mesures visant à limiter certaines activités agricoles et à restreindre la mise sur le marché de produits alimentaires d’origine animale et végétale. Les productions végétales non récoltées ne doivent pas l’être. S’agissant des productions
végétales récoltées avant le 26 septembre et susceptibles d’avoir été exposées à la contamination :

• le lait collecté issu d'élevages dont les vaches étaient au pâturage depuis le 26
septembre,
• les oeufs des élevages de plein air pondus depuis le 26 septembre 2019,
• le miel collecté depuis le 26 septembre 2019 et les poissons d’élevage produits dans la zone concernée, sont consignés sous la responsabilité de l’exploitant jusqu’à obtention de garanties sanitaires sur les productions, sur la base de contrôles officiels et d’une évaluation du risque sanitaire. La situation sera réévaluée au vu des résultats d’analyse obtenus et, d’ores et déjà, un plan de surveillance renforcé est mis en place sur les productions ayant été exposées à ces retombées de fumées. Pour ce qui concerne les particuliers (potagers, jardins familiaux, etc.), il est recommandé de ne pas consommer tout produit souillé. S’agissant d’une pollution visible, les produits non souillés peuvent être normalement consommés après avoir été soigneusement lavés comme à l’ordinaire.

2- Prélèvements et analyses effectuées sur l’air et l’eau

Les mesures de qualité de l’air réalisées par Atmo Hauts-de-France depuis l’incendie ont fait apparaître une qualité de l’air ne dépassant pas, à ce stade, les seuils réglementaires. Cependant, le passage du panache de fumée a été observé jeudi sur les mesures des particules PM10 et PM2.5, ainsi que sur les mesures de carbone-suie. Les concentrations mesurées sont restées bien en deçà des seuils réglementaires jeudi et pour les jours suivants. Les indices de la qualité de l’air sur l’ensemble de la région restent bons depuis l’incendie.

Des retombées de particules de suie ont été signalées, mais elles ne sont pas mesurées par les instruments de mesures d’Atmo, qui suit en permanence les particules de très petites tailles (inférieures à 2,5 micromètres de diamètre), non visibles à l’oeil nu. Des témoignages sur la plateforme publique ODO ont également rapporté des odeurs essentiellement de type hydrocarbures et brûlé. Atmo Normandie a déployé un dispositif complémentaire depuis jeudi après-midi en positionnant des moyens de mesures sous la trajectoire des vents. Ces résultats ne peuvent être connus en temps réel, car ils nécessitent une analyse en laboratoire de chimie, pouvant prendre plusieurs jours.

Dès vendredi 27 septembre, l’ARSAgence Régionale de Santé Hauts-de-France a réalisé des contrôles sur les captages d’eau de surface situés dans la trajectoire du nuage. Aucune risque n’avait été constaté. Par précaution, l’ARSAgence Régionale de Santé renforce la surveillance de la qualité de l’eau pour les captages souterrains situés dans les secteurs concernés par les retombées de suie.


Communiqué n°3

Suite à l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, les panaches de fumées se sont dispersés hier et cette nuit dans la zone Nord.
L’association agréée de surveillance de la qualité de l’air, ATMO Hauts-de-France, a observé hier  les effets de l'incendie sur la qualité de l’air en région. Les niveaux de particules sont restés largement en deçà des seuils réglementaires journaliers. Aujourd’hui, les mesures montrent des
résultats habituels.
Ce nuage de fumée qui a traversé la zone Nord ne présente pas de toxicité aiguë. Les services de l’État et ATMO Hauts-de-France restent pleinement mobilisés et vigilants quant à l’évolution de la situation.
Des retombées de ces fumées peuvent localement avoir laissé des traces de suie. Dans ce cadre, le  préfet rappelle des mesures de précaution à adopter si vous constatez des traces de suie:
•  Aérez votre habitation ;
•  Si vous avez touché des objets présentant des traces de suie, lavez-vous les mains ;
•  Évitez  tout  contact  avec  la  peau  et  avec  les  muqueuses.  Si  vous  manipulez  des  
objets présentant de la suie, portez des gants ;
•  Ne consommez pas les végétaux présentant des traces de suie ;
• Nettoyez simplement à l’eau les fenêtres, mobiliers, jeux extérieurs et abords. Pour éviter de
disperser les suies en les nettoyant, n’utilisez pas de nettoyeur haute pression, de balai ou
d’aspirateur ;
Pour les personnes vulnérables (enfants, personnes âgées, personnes souffrant de maladies
respiratoires…) :
• Examiner l’apparition de gêne respiratoire (asthme, sifflement, essoufflement, palpitation)
•  En cas de symptômes contactez le 15


Communiqué n°2

A la suite de l’incendie de Rouen, des fumées traversent la région Hauts de France. Les vents et les pluies importants de ce jour provoquent une dispersion de ces nuages qui peuvent rester invisibles.

Les analyses réalisées, ce jour, en Normandie montrent que les effets de ce nuage peuvent se révéler irritants et odorants mais sans toxicité aigüe. Des analyses complémentaires sont actuellement en cours en Normandie.

Dans ce cadre, le préfet appelle à prendre les mesures de précaution suivantes :
-Une vigilance particulière doit être portée aux populations vulnérables : enfants, personnes âgées, et personnes souffrant de maladies respiratoires et cardiaques ;
- Il est recommandé aux populations vulnérables de limiter les efforts et les activités sportives ;
- Des gestes simples sont à adopter : lavage des mains régulier, lavage des fruits et légumes produits localement.


Communiqué n°1

Un incendie s'est déclaré aux alentours de 2h40 au sein de l'entreprise Lubrizol, située à Rouen et s’est propagé à deux entreprises voisines. L’entreprise Lubrizol est classée SEVESO seuil haut. Elle produit, notamment des additifs pour l'huile.

Un important panache de fumée se dégage du site, et s’oriente vers le nord-est. Il traverse actuellement la zone Nord, et plus particulièrement les départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme. Les vents et les pluies importants de ce jour, provoquent une dispersion de ces nuages qui pourront rester invisibles. Néanmoins, une forte odeur nauséabonde peut être constatée dans les départements impactés.

Au vu des premières analyses, s’agissant de produits hydrocarbures, il n’est pas mesuré de toxicité aiguë dans l’air. Les analyses plus poussées sont en cours.

Consignes

À ce stade, et compte-tenu de l’absence de toxicité aiguë constatée, aucune consigne particulière n’est à signaler. Toutefois, si vous visualisez un épais nuage ou en cas de forte odeur ressentie, il est conseillé de ne pas vous y exposer inutilement. Il est également recommandé d’éviter les déplacements non indispensables vers l’agglomération de Rouen

Pour vous tenir informés de l’évolution de la situation, consultez le site www.nord.gouv.fr et les réseaux sociaux :

- Twitter : @prefet62
- Facebook : https://www.facebook.com/prefetpasdecalais/