Secteur 10

 
 
Estuaire de l’Authie
Secteur 10 - Estuaire de l’Authie

Secteur 10 - Estuaire de l’Authie

1 Géomorphologie et dynamique sédimentaire

La Baie d’Authie présente une grande diversité d’environnements morpho-sédimentaires :

  •  des bancs d’embouchure sableux formant un delta, un vaste estran sableux avec alternance de barres et de bâches,
  •  une zone de divagation du chenal de l’Authie,
  •  une étendue de schorres inondée uniquement en marée de vive-eau et couverte d’une végétation halophile dense (ou mollières),
  •  des slikkes vaseuses dans les faibles profondeurs à l’abri des houles,
  •  un massif dunaire plus ou moins végétalisé
  •  une zone de polders

Le delta externe est séparé de l’estuaire interne par le banc sableux de Routhiauville partant de la rive sud.

On observe deux faciès morphosédimentaires distincts le long de la rive nord de l’estuaire :

  •  Une zone de schorres au fond de la baie, adossée à l’est à la digue de rencloture de la Mollière, qui protège une zone poldérisée, et au nord le versant latéral du massif dunaire. L’interface entre la zone de schorres et le massif dunaire et la digue de rencloture est marquée par la présence d’un sentier côtier sur toute la zone. Cette étendue de schorre est inondée uniquement en pleine mer de vive-eau et recouverte d’une végétation halophile dense, parsemée de micro-chenaux (criches) et de mares creusées et utilisées par les chasseurs de gibiers d’eau.
  •  un cordon dunaire à partir du Bec du Perroquet (ou Pointe de la Rochelle) jusqu’à la Pointe du Haut-Banc au nord. Le long de cette façade, on distingue encore deux secteurs ayant des caractéristiques morphologiques et une dynamique propres :

Le Bec du Perroquet est le résultat de la progradation d’une flèche sableuse vers le sud-est. Cette avancée, marquée par la présence de cordons de dunes bordières successives devant lesquelles on constate la présence d’un cordon de dunes embryonnaires en formation, constitue le contre-poulier ou poulier secondaire de l’estuaire

La zone entre le Bec du Perroquet et la Pointe du Haut-Banc, globalement marquée par l’érosion marine présente un estran étroit, des falaises dunaires d’érosion très marquées, une couverture végétale inégale et de nombreux siffle-vents, caoudeyres (cuvette de déflation) et pourrières (couloirs de déflation). Le secteur nord, constituant l’Anse des Sternes, est fortement artificialisé par des systèmes de protection destinés à éloigner le lit de l’Authie du rivage et réduire l’érosion de l’estran et du cordon dunaire.

Le bassin de risque appartient à l’unité sédimentaire

Le bassin de risque appartient à l’unité sédimentaire

Le bassin de risque appartient à l’unité sédimentaire délimitée au sud par la baie d’Authie et au nord par la baie de la Canche.

Parmi les agents participant à l’hydrodynamisme complexe de la baie, on distingue :

  •  les courants de marée dont la dissymétrie, au profit du flot, est favorable à la pénétration des sédiments à l’intérieur de l’estuaire
  •  le courant de dérive littorale, généré sous l’action des houles, participe à l’engraissement de la rive sud de la baie avec la progression vers le nord de la flèche sableuse de Routhiauville (poulier) qui se traduit par l’érosion de la rive nord de l’estuaire au niveau de la Pointe du Haut-Banc et de l’Anse des Sternes (musoir). A l’intérieur de la baie, les courants de flot portant vers le sud-est, favorisent l’érosion dans cette zone et le transport et l’accumulation des sédiments vers l’intérieur de la Baie : on assiste au recyclage des sables du cordon dunaire de la rive nord-ouest en faveur de la progression du Bec du Perroquet directement au sud
  •  la formation de plusieurs chenaux de l’Authie au gré des courants fluviaux, de marées et de dérive littorale. On distingue ainsi un chenal de vidange principal longeant la rive nord de l’estuaire contre la plage du Bois de Sapins et contre la digue submersible, construite à cet effet pour détourner le lit de l’Authie de l’Anse des Sternes, et un couloir secondaire longeant la face interne de la Pointe de Routhiauville

2 Type des ouvrages suivant VSC

Dans la Baie d’Authie, on compte trois types d’ouvrages de protection :

  •  Des cordons dunaires, dans la partie nord de la baie
  •  Des ouvrages de protection en dur (digue béton bitumineux/maçonnée, digue et épis en enrochements, au nord-ouest de la baie)
  •  Des talus naturels (digues de rencloture, digue de 1er et de 2nd rang), tous situés au fond de la Baie d’Authie

On compte aussi des ouvrages à la mer et notamment la Porte du Fliers.

2.1 Les cordons dunaires

Les cordons dunaires 1

Les cordons dunaires 1

2.2 Les ouvrages de protection en dur

Les ouvrages de protection en dur 1

Les ouvrages de protection en dur 1

Les ouvrages de protection en dur 2

Les ouvrages de protection en dur 2

2.3 Les talus naturels

Les talus naturels 1

Les talus naturels

2.4 Les ouvrages à la mer

Les ouvrages à la mer

Les ouvrages à la mer

3 Suivi des profils de plage

Pas de profil suivi sur ce secteur

4 Levé du bas de dune

L’évolution des levés de bas de dunes est accessible à partir de l’application GEO-IDE