Actualités

Méthanisation - Visite des unités de Valhuon et de Thiembronne

 
 
Méthanisation - Visite des unités de Valhuon et de Thiembronne

Visite des unités de Valhuon et de Thiembronne

Fabien SUDRY, préfet du Pas-de-Calais, a participé le lundi 23 juillet 2018 à une visite des méthaniseurs de Valhuon et de Thiembronne aux côtés de Denis DELCOUR, directeur départemental des territoires et de la mer, et Catherine FORTIN, inspectrice à la DREALdirection régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement Hauts-de-France.

▪ Qu’est-ce que la méthanisation ?

La méthanisation est basée sur la dégradation de la matière organique par des micro-organismes, en conditions contrôlées et en l’absence d’oxygène.

De cette dégradation résultent :

du digestat, un produit humide, riche en matière organique 

Le digestat peut être utilisé en tant que matière fertilisante.

du biogaz, mélange gazeux (notamment méthane et gaz carbonique) saturé en eau à la sortie du digesteur.

Le biogaz peut être utilisé :

-  pour la production d’électricité et de chaleur par un moteur, c’est la cogénération ;

-  pour injection dans le réseau de gaz naturel après épuration.

Quatre secteurs sont favorables au développement de la méthanisation : agricole, industriel, déchets ménagers et boues urbaines. 

▪ Les avantages de la méthanisation 

La méthanisation présente de nombreux avantages :

- une double valorisation de la matière organique et de l’énergie ;

- une diminution de la quantité de déchets organiques à traiter par d’autres filières ;

- une solution aux problématiques de stockage des effluents d’élevage ;

- le digestat offre une alternative intéressante aux engrais et fertilisants de synthèse (la méthanisation permet la transformation de l’azote organique en azote minéral, plus facilement assimilable par les plantes) ;

- une diminution des émissions de gaz à effet de serre par substitution à l’usage d’énergies fossiles ou d’engrais chimiques ;

- un traitement possible des déchets organiques graisseux ou très humides, non compostables en l'état ;

- une limitation des émissions d’odeurs du fait de digesteur hermétique et de bâtiment clos équipé de traitement d’air ;

- la création de valeur ajoutée dans les exploitations agricoles ;

- la mise en place d’une économie circulaire territoriale et un partenariat agriculteurs, industriels et collectivités.

 ▪ La réglementation

- Si l’énergie produite par le méthaniseur est destinée à la revente, la délivrance du permis de construire est de la compétence de l’État. Le dossier est instruit dans les délais réglementaires par les services de la direction départementale des territoires et de la Mer (DDTMdirection départementale des territoires de la mer).

- Si l’énergie produite n’est pas destinée à la revente (destinée à l’exploitation agricole par exemple), c’est au maire de la commune qu’il revient de délivrer le permis de construire.

En dehors des procédures liées à l’urbanisme (permis de construire), les installations de méthanisation relèvent de la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

Selon le type d’installations et la quantité de matière traitée, elles sont soumises à une procédure de déclaration, d’enregistrement ou d’autorisation :

  • Déclaration : méthanisation de matières végétales, effluents d’élevages de moins de 30 tonnes/jour ;
  • Enregistrement : méthanisation de matières végétales, effluents d’élevages entre 30 et 100 tonnes/jour ou d’autres déchets non dangereux de moins de 100 tonnes/jour ;
  • Autorisation : méthanisation avec une quantité d’intrants supérieure à 100 tonnes/jour.

▪ L’accompagnement de l’Etat 

La méthanisation constitue un moyen de diversification de l’activité agricole et s’inscrit dans une démarche globale visant à mieux utiliser les engrais naturels

En 2013, le Gouvernement a engagé la profession agricole, les collectivités, les industriels et l’État dans le plan « Energie Méthanisation Autonomie Azote » (EMAA).

Ce plan prévoit notamment la création de 1000 méthaniseurs à l’horizon 2020.

Récemment, Stéphane TRAVERT, ministre de l’Agriculture, a annoncé :

- le lancement d’un appel d’offres pour des projets avec injection « atypique », permettant d’accroître la production de biogaz sur des sites existants qu’ils soient proches ou éloignées du réseau de gaz national ;

- la création d’un tarif de rachat à guichet ouvert pour les installations agricoles de taille moyenne (500 à 1 MW), qui ne seront plus soumis à appels d’offres ;

- la simplification de la réglementation « loi sur l’eau » applicable à certains méthaniseurs.

▪ La méthanisation dans le Pas-de-Calais

Fin 2017 au niveau national, 330 méthaniseurs sont installés. Ils représentent 1700 emplois créés et près de 500 MW.

Le département du Pas-de-Calais compte 19 unités de méthanisation :

-    9 installations industrielles ;

-    3 installations de collectivités (installations traitant les ordures ménagères et les biodéchets ou stations d’épuration) ;

-    6 installations agricoles ;

-    1 installation centralisée (installation de grande taille portée par un acteur privé traitant des déchets et des effluents agricoles) ;

IMG_1636 IDE 2
IMG_1642 copie IDE 3